Histoire de couple et de bricolage !

Mister bricoleur

Aujourd’hui, j’ai une histoire à vous raconter…

Quelquefois, pour plusieurs raisons, je ne prends pas le temps de vous présenter les nouveaux membres de la tribu mochcomtout. « Monumentale erreur « …
Justement, un e-mail reçu il y a un petit moment, me l’a rappelé… Pour la petite histoire, une de mes tantes m’a commandé, un couple de moch’ pour des amis à elle. Elle me décrit brièvement ce qu’elle souhaite dans les couleurs, accessoires, etc… mais en résumé Monsieur est un bricoleur et Madame, une castafiore ! Joli défi mais j’adore ça donc me voilà partie pour coudre ce couple de gros moch’ !
Livraison faite, ma tante, comme les nouveaux propriétaires des moch’, sont ravis : mission accomplie !
Puis un jour, je reçois par e-mail un texte absolument sublime, un bonheur à lire et qui, surtout, décrit parfaitement Mister Bricomoch’ avec humour et finesse ! En fait Madame participe régulièrement à un atelier d’écriture et elle a eu envie d’écrire sur lui et de m’envoyer le résultat. Pas possible de NE PAS partager ce texte donc le voici. Bonne lecture à vous et bonne journée.

Mister Bricomoch’

« Nous avons fait connaissance un jour de Novembre, l’an passé. Le 4 exactement.
Cadeau d’une amie dont la nièce fabrique ces petites poupées qu’elle appelle « Les Mochcomtout ». Elle les crée à la demande. Il suffit de donner quelques caractéristiques ou traits dominants de la personne à qui il est destiné. Vous êtes donc sûr d’être en possession d’un modèle unique… comme l’original.
Notre couple qui perdure depuis bientôt quarante-cinq ans, l’a inspirée… Très proche de nous, pratiquant comme nous un humour légendaire et corrosif, elle n’a pas hésité. Nous avons donc chacun notre double. Ils trônent sur un fauteuil, main dans la main ou… séparés si le torchon brûle, ce qui est rare. Mais aujourd’hui, je ne vais vous parler que de Monsieur.

Tout en tissu de la tête au pied ! Le seul matériau que mon bricolo de mari ne touche pas ! Il n’a peur de rien. Il sculpte, forge, taille, soude, démonte et remonte voitures, appareils ménagers, mais jamais au grand jamais, il ne crée dans le tissu. Tout au plus, a-t-il ourlé les deniers doubles-rideaux avec notre vieille machine à coudre car, moi, j’ai horreur de ça.
En tissu donc. Une tête énorme, un tête au carré, surmontée d’une épaisse touffe de cheveux bruns. Sur une serge couleur chocolat, deux yeux vairons, qui louchent, nous fixent avec une non-vie intense. Pas l’air intelligent le mec ! Le bas du visage est comme balafré par une cicatrice, couture raccord à une autre serge d’un brun foncé. Une grande bouche style barreaux de prison orne le centre de ce visage. Si l’original, «Radio Gérard» émet dès qu’il pose pied à terre et parle toute la journée, on dirait que l’artiste a voulu museler Mr Bricomoch’. En prison les mots pour lui ! Tu regarderas, tu entendras et écouteras les humains, cher ami, mais en te taisant.
Juste deux courtes jambes, des moignons presque, habillés d’un pantalon de velours marron clair à fines côtes lui permettent de se tenir debout. Pas de ceinture dans les passants, ni de bretelles. Pourtant, il a la fesse plate alors que mon homme a plutôt un joli petit cul… Mais une braguette d’une longueur impressionnante pour un si petit être. Quel monstre Mr Bricomoch’ y cache-t-il ? Comment ça Vous n’aviez pas remarqué ? Hypocrites !
Ce qui accroche l’œil me semble-t-il, c’est la longueur des bras. Interminables ! En serge grise et en totale disproportion avec le reste du corps. Comme si Mr Bricomoch’ arrivait en droite ligne des primates et allait se déplacer en s’appuyant dessus. Mais non, mauvaise langue ! Symboles ! Sans bras que ferait un bricoleur ? Avec des bras aussi longs, on peut toucher à tout. Mais alors pas d’outils dans les mains ? Enfin des mains… Au bout de chaque bras, trois morceaux de tissu : deux courts un long.. Non, non ce  n’est pas du morse ! Ce sont ses doigts. Empoté… ou amputé le bricoleur. Ou juste génial quelles que soient les mains ?
Mais ce frappe le plus, c’est le marteau. Manche de velours beige, fin et allongé, il sort d’une poche arrière du pantalon. La tête émerge dessous un bras, une tête de marteau en feutrine noire, à la pointe bien sympathique, faisant penser au museau d’un brave toutou  qui attend sa caresse. Quel outil ! Pourquoi uniquement un marteau ? Pas la truelle, le râteau, la perceuse, le tournevis ou l’arrosoir, objets favoris,  que dis-je compagnons préférés de l’original. Rien d’agressif dans ce marteau. peut-être une idée d’autorité, de décision. Comme un juge frappe avec un marteau, pour entériner sa sentence, mon bricoleur n’en fait qu’à sa tête, marteau en poche, prêt à frapper le clou récalcitrant..Ou alors, paré à partir pour un Tour de France de compagnon Bricoleur Amateur, mais amateur éclairé tout de même.

Chez nous, il a affronté nos rires, nos plaisanteries de surprise d’abord, puis nos différentes interrogations. Et pas que les nôtres. Ce couple ne passe pas inaperçu auprès de nos amis, de nos visiteurs et fait jaser.
Aujourd’hui, je le sens content Mr Bricomoch’. Pour la première fois, je lui ai offert un voyage dans la capitale, pas n’importe lequel, une incursion dans mon jardin secret, le loft de Joëlle… Mais avec lui, je sais que ce sera Motus et Bouche Cousue  ! »

Couple de peluches personnalisées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *